Un pays


Ikkurina

Trois passions

Plaisirs de la table

Plaisirs de la table

Chantier
  • Bâtiment et matériaux

Gestion

Sciences de Gestion

Retour à la page d'accueil

Les chaudières murales et chauffe-bains à gaz


1/ L’évolution des produits.

    A/L’évolution de l’électronique intégrée.
Pour la plupart les chaudières sont maintenant pilotées par un microprocesseur situé en façade sur la partie basse de l’appareil. L’évolution rapide de ces technologies conduit à un pilotage de plus en plus fin des organes essentiels, particulièrement en eau chaude sanitaire (ECS) instantanée. Outre des  performances accrues, l’intérêt réside dans l’assistance au dépannage par la mémorisation et le pré-diagnostic des pannes.

    B/ Le brûleur.
Sur tous les produits modernes le brûleur est modulant : grâce au système électronique, il s’ajuste à la puissance nécessaire en chauffage ou en sanitaire.
De nombreux fabricants améliorent la qualité acoustique de la chaudière en utilisant un brûleur “ low noise ” (moins bruyant).

    C/ Le mélange air/gaz.
Les exigences toujours plus grandes envers la performance énergétique conduisent des fabricants à innover en matière d’optimisation du mélange air/gaz. La recherche de l’équilibre stœchiométrique  permet de garantir des rendements de l’ordre de 90% de façon constante. Ces progrès sont possibles sur les modèles à flux forcé parmi lesquels les chaudières à condensation. Ces dernières disposent d’un atout : le pré-mélange air/gaz.

    D/ La taille du produit.
Certains industriels ont fait évoluer leurs produits vers des dimensions plus réduites afin de favoriser leur intégration dans les cuisines  (ce qui donne des points dans le cadre de la RT2005). On retrouve cette tendance dans certains produits à ECS instantanée mais également sur des modèles à ballons intégrés ou l’encombrement de l’appareil est nettement moins important que le modèle équivalent à ballon séparé.

    E/ L’accessibilité du produit
L’espacement latéral sert à laisser de part et d’autre de l’appareil est de plus en plus faible. Suivant les indications fournies dans la notice technique de l’un des fabricants, 15mm sont le minimum pour un espacement conseillé de 50 mm.

2/ L’eau chaude sanitaire.

Il existe trois types de procédés : instantané, la micro accumulation ou les ballons.

    A/ Instantané.
Ils restent les modèles les plus répandus Le confort de ces produits s’est amélioré avec la modulation des brûleurs et l’évolution de l’électronique mais subit la limite de la puissance du brûleur qui ne fournit généralement pas plus de 11 litres par minute pour les modèles courants. Souvent suffisant pour les petits appartements et les consommations faibles, ce système trouve ses limites pour les familles nombreuses ou en maison individuelle.

    B/La micro accumulation.
Cette technologie consiste à avoir un mini-ballon de 5 ou 6 litres d’eau chaude. L’intérêt essentiel de cette réserve est de jouer un rôle de tampon avant le déclenchement du brûleur et lors de puisage simultanés. En effet elle permet de répondre à la demande dans un délai très court et même pour un très faible débit.

    C/ Les ballons intégrés.
Généralement de 45 à 60 litres, ces produits, beaucoup plus cher et plus imposants, apportent un véritable confort en débit d’eau chaude sanitaire.
L’eau chaude est accumulée et maintenue à température constante dans un ballon isolé à réchauffeur par serpentin.

    D/ Les ballons séparés.
A partir de 100 litres ils sont destinés à la maison individuelle pour des raisons d’encombrements.

3/ L’évacuation des gaz brûlés


Il existe trois catégories d’évacuation.

Les chaudières étanches  (également appelées “ à ventouses ”) optimisent la sécurité. En effet il n’y a aucun risque de refoulement car il n’y a aucun contact entre les gaz brûlés et l’air du logement.

Les chaudières à raccordement sur cheminées sont plus traditionnelles. Ce procédé prend l’air neuf dans le logement et refoule les gaz brûles dans une cheminée. L’interaction avec le système de ventilation est à surveiller dans le cadre d’une réhabilitation (voir le site du CEGIBAT dans les liens).

Les chaudières à raccordement sur VMC sont en train de tomber en désuétude, principalement en raison de leur coût mais aussi pour des raisons de sécurité.


4/ L’entretien

La souscription d’un contrat d’entretien est nécessaire pour des raisons de sécurité, d’assurance et de conservation des performances.

Ces contrats d’entretien peuvent être conclu avec toute société de services  qualifiée agréée par le fabricant .


5/ Quelques fabricants.


Chaffoteaux et Maury
 

Chappée 

ELM Leblanc  

Ferroli

Franco Belge

Idéal Standard 

MTS Ariston

Riello 

Saunier Duval 






Retour à la page d'accueil