<

Un pays


Ikkurina

Trois passions

Plaisirs de la table

Plaisirs de la table

Chantier
  • Bâtiment et matériaux

Gestion

Sciences de Gestion

Retour à la page d'accueil

C'était mieux avant!


C'était mieux avant...


Cette phrase on l'entend mais est-elle réellement justifiée quand on parle des arts de la table et des invitations?

Un doute m'habite... Voyons donc sur six points si cette phase sentencieuse est vraie.

La présentation de la table

Avant, nous faisions simple. Les couvert de bonne facture accompagnaient des verres de taille différentes pour les différents liquides et étaient disposés harmonieusement sur une nappe blanche. Les couverts extérieurs étaient utilisés en premier...

Depuis un ou deux ans et l'apparition d'une émission débilisante sur M6 (émission que j'avoue ne jamais avoir regardé en entier), le fantasque a fait son apparition sur les tables. Le ridicule est rarement loin. C'est rococo, c'est surchargé. Parfois en arrivant je me demande ou sera posé le plat de service. J'ai même souvenir d'un restaurant qui a la drogue pour thème de décoration de table. Bon goût assuré!

Sur ce point, vous l'avez compris, c'était mieux avant.

Le menu

Aprés l'horreur sucré-salé, pendant des années nous avons eu droit à la coquille St Jacques. Trop cuite ou trop crue, souvent accompagnée d'une sauce qui servait à cacher qu'elle était venue à pied de sa Normandie ou de sa Bretagne natale, elle avait fini par lasser.

Aujourd'hui est-il possible de trouver une carte qui ne contienne pas son foie gras frais poëllé ou d'être invité chez quelqu'un qui n'en propose pas. La Hongrie, premier producteur mondial de foie gras de toute qualité (le plus souvent médiocre d'ailleurs), ne peut que se réjouir.
Le foie gras est plus simple à cuire que la coquille de St Jacques. Malgré cela certains loupent la cuisson. Quand en plus le produit n'est pas le meilleur...

Pour les menus, on va compter un point partout.

Les invités

Avant, lorsque l'on s'invitait nous étions huit à dix à table et parmi les invités il y avait toujours "l'alibi culturel". Cet invité, artiste de son état, permettait à la maitresse de maison de briller et de prouver sa culture et sa proximité avec les "artistes".

En se recentrant sur la cellule familiale la société française a bien progressé sur ce point. Désormais la maitresse de maison invite seulement deux autres couples. Pour peu que les enfants ne soient pas imposés à table et dînent à part, c'est beaucoup plus convivial.

Pour ce point, c'est mieux maintenant.

Le plan de table

Cette façon d'organiser la soirée, totalement desuette, vous permettait de vous ennuyer copieusement toute la soirée en vous installant prés de convives avec qui vous n'aviez aucun point commun. Nous n'avions pas vu notre épouse de la semaine, pris par nos activités professionnelles respectives, et nous passions une soirée de plus séparée par une maitresse de maison, femme au foyer, qui désirait passer une soirée loin de son époux.

Heureusement cette organisation tend à disparaitre!

Pour ce point également c'est mieux aujourd'hui!

Le sujet de discussion

Depuis le mois de Mars 2007, le sujet de discussion de toutes les soirées était notre président de la République (dans l'ordre son élection puis sa vie privée et enfin ses frasques people).. Tout le monde est censé savoir que les sujets à éviter son la politique, la religion et l'argent... mais personne ne respectait cette règle.

Depuis quatre mois la crise est au coeur de tous les dîners, jusqu'à la saturation. Abordée sur ton docte par des personnes qui ont une culture économique plus que limitée, cela devient lassant.

Sur ce point, je mettrai un point partout.

L'alcool

Avec la montée de la répression routière, seuls les hôtes (et les convives masculins de plus de 100 Kg) pouvaient se permettre de boire trois ou quatre verres de vin. Les autres se contentaient d'un apéritif léger et d'un verre de vin avec le fromage.

Aujourd'hui les invitations incluent le fait de dormir sur place (et donc de ne plus prendre la route après le repas). Le côté sympathique c'est que l'on retrouve le plaisir de pouvoir faire varier les vins au gré des plats servis et qu'en fin de repas des sujets plus légers sont abordés. Le lendemain, au petit déjeuner, on retrouve avec plaisir ses convives.

Sur ce point c'est tellement plus convivial aujourd'hui.


En conclusion on peut voir les scores:
Avant            : 3
Aujourd'hui    : 5

L'expression "c'était mieux avant" est donc fausse! Mais a-t-elle été vraie un jour?



Dernière mise à jour le 07/03/2009

Retour à la page d'accueil











script type="text/java-script"> var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-18221201-1']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/java-script'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();