Un pays


Ikkurina

Trois passions

Plaisirs de la table

Plaisirs de la table

Chantier
  • Bâtiment et matériaux

Gestion

Sciences de Gestion

Retour à la page d'accueil

Le pays basque, son histoire

Il faut faire très attention lorsque l’on parle de l’histoire du pays basque car elle peut encore aujourd’hui porter à passion et valider tel ou tel discours politique ou philosophique.
Encore une fois, je ne suis ni historien, ni généticien et ne fait ici que rassembler mes lectures. Gardez donc toujours un œil critique sur ce que vous lirez et faites vous votre propre idée en lisant d’autres textes.

Préhistoire :
L’histoire et la langue du pays basque (l'euskara) étant lié, il faut remonter très loin dans la préhistoire pour parler de mon pays.

Vers 16.000 avant Jésus Christ les premiers protobasques arrivent, probablement du moyen orient ou du caucase. Ils prennent la place laissé libre par les Cro Magnons qui sont en train de disparaître. Certains débattent encore pour savoir si les protobasques ont “ participé ” à cette disparition. L’hypothèse qui me séduit le plus dans ce que j’ai pu lire est que nous sommes arrivés avec nos virus et nos germes auquel cet homme de la préhistoire n’a pas su résister.

On retrouve des outils de cette civilisation protobasque (les puristes diront magdalénienne) vers –15.000 à Aitzabal et Irunberri.

On fait le lien entre les basques d’aujourd’hui et cette civilisation grâce à deux mutations génétiques du chromosome Y que nous avons en commun avec d'autres peuples issus de cette migration: la M173 et le M170. Si vous ajoutez à cela que certains éléments génétiques nous différencient des autres européens (les Basques ont le plus grand nombre de marqueurs H et V, sont bien moins soumis aux maladies veineuses du fait de l’absence des facteurs V et XI, ont une hématologie particulière avec une importance relative du groupe O, ont des cas de myopathie très supérieur à la moyenne, etc.), vous arrivez vite a des discours de “ race basque ” chez certains hallucinés avec tous les dangers de ce type de discours. Je rappelle que Sabino Arana, le fondateur du Parti National Basque justifie la notion d’indépendance par la “ race basque ” et le respect de “ la propreté du sang basque ”.

Vers –10.000 on assiste à la dernière glaciation connue en europe : la glaciation de Wurth.

La disparition de certains animaux de très grande taille et la fin de la glaciation fait évoluer la civilisation magdalénienne en civilisation azilienne.

Vers –6.000 peintures de Lascaux, d’Isturitz et d’Oxocelhaya.

Vers – 4.000 arrivée des Indo-européens. À cette même période, une vague de sédentarisation liée à la venue de l’agriculture du Moyen-Orient se répandit dans toute l'Europe mais elle n'arriva au Pays basque que 2 000 ans plus tard (preuve fournie par la datation de germes de blé). La carence en fer des Européens, excepté des Basques, qui indique la faible consommation de viande des populations sédentarisées, démontre aussi que ces derniers ont continué à vivre de cueillette et de chasse sur 100 générations et pourquoi les sites paléolithiques sont si nombreux. La question est maintenant de savoir pourquoi les Basques ont mis 2 000 ans de plus que leurs voisins avant de se sédentariser.

Vers –2.000 / -1.800 premières traces de sédentarisation qui coïncide avec l’arrivée de l’âge de bronze chez les basques. Cette révolution est probablement venue des tribus celtes.

La langue basque (ou euskara) est probablement antérieure à l’arrivée de l’âge du bronze. C’est indubitablement une langue paléolithique puisque si l’on traduit littéralement le mot aizkora (hache) on obtient “ la pierre qui coupe ” ou artoa (millet) on obtient “ ce qui se cueille ”.
Certains pensent qu’elle est même antérieure à l’arrivée des Indo-européens. En effet à cette époque l’influence de la langue et de la culture basque va jusqu’à la Méditerranée, monte au dessus de la Garonne, inclut la Catalogne, l’Aquitaine le Midi Pyrénées, le Languedoc, le Pays Basque et l’Aragon actuel. Il ne s’agit pas d’une langue qui se parle au fonds de quelques vallées reculées. Il est donc probable que si elle était apparu alors que les indo-européens étaient présents, elles contiendraient un nombre important de mot empruntés à cette culture. Et ce n’est pas le cas. Poussant le raisonnement à son extrême, certains vont même jusqu’à annoncer que les protobasques arrivés 16.000 ans avant notre ère ont apportés avec eux leur langue. Ce qui expliquerait les points communs que le basque a avec certaines langues caucasiennes.

Vers –700 le travail du fer arrive au Pays Basque.




Ikkurina


Histoire :

Les basques ont souvent servis de mercenaires aux romains, notamment pendant les guerres puniques, bien avant que les romains n’arrivent sur leur territoire en armes.
C’est probablement parce qu’ils les connaissaient bien qu’ils ne les ont pas affrontés militairement et les ont accueillis sur leurs terres.

Les romains indiquent l'existence de nombreuses tribus : Autrigons, Caristes, Vardules, Bérons, Vascons et Aquitaines, et bien qu'il ne soit pas dit concrètement s'il s'agit de différentes dénominations pour un même peuple, ils les englobaient tous dans ce qu'ils appelaient le Vasconum.

Il n'y a quasiment aucune trace historique du Pays Basque (ni de la quasi-totalité de la côte cantabrique) à partir de la chute de l’empire Romain et de l'invasion des peuples germaniques. Le fait d'être sur un territoire isolé au milieu d'un grand empire implique pour les Vascons d'être confrontés dans les zones frontières à deux voisins belliqueux : les royaumes Francs et Wisigoths. Le Pays Basque devint ainsi un territoire de grande valeur stratégique désiré par les deux adversaires. Son terrain accidenté est de plus idéal pour le brigandage et la guérilla, ce qui peut expliquer la survie des Basques malgré l'oppression menée par leurs voisins : ils n'avaient qu'à se réfugier dans les montagnes et à y attendre que la menace disparaisse.

On sait seulement que la Novempopulanie (le pays des neufs peuples – les 7 peuples basques et deux peuples aquitains) a été créé en 297 pour permettre à Rome de se désengager de cette partie de l’Europe.

En 406 les Wisigoths occupent la Novempopulanie puis sont chassés vers le Sud en Ibérie ou ils s’installent.

En 635 Dagobert, un roi Franc tente de conquérir le pays basque. Il échoue.

En 670, Otsoa est élu Duc de Vasconnie par les basques. Il fonde le duché d’Aquitaine qui s’étend alors, sur un court laps de temps, jusqu’à la Loire.

En 711 les arabes débarquent en Espagne et battent très rapidement les Wisigoths. C’est alors la civilisation la plus évoluée du monde. Elle désire s’attaquer au royaume franc et cherche à obtenir la neutralité des basques (entres autres peuples). Les arabes proposent aux basques des création d’université, d’hôpitaux, etc.

En 720 Charles Martel, pour obtenir l’alliance des basques dans la guerre qui s’annonce reconnaît à Odon, le fils d’Otsoa, la souveraineté de l’Aquitaine.

En 732 à Poitiers, les arabes affrontent le royaume des francs et le royaume des aquitains.

En 768, le danger arabe étant écarté, Pépin le Bref envahit l’Aquitaine et fait assassiner Waïfre, le roi d’Aquitaine. Il ne prend pas la main sur la parie du duché située au sud des Pyrénées.

En 778, Charlemagne va en Espagne avec l’espoir de rajouter Saragosse (alors en terres arabes) à sa couronne. Devant l’échec de son expédition il prend la route de Pampelune avec des otages. La pratique des otages n’étant pas toléré par les basques, ils lui refusent l’asile. Charlemagne prend la ville de Pampelune et pour la punir d’avoir jugé son comportement fait raser ses murailles.
Le 15 Août, en repassant les Pyrénées, des basques du Nord, mécontent du comportement des francs, attaquent son arrière garde au défilé de Roncevaux. C’est là que Roland, marquis des marches de Bretagne, trouvera la mort. Cette attaque est l’une des représailles des basque au sort fait à Pampelune.

En 824 Louis II le pieux tente de prendre Pampelune ce qui entraîne une nouvelle bataille à Roncevaux.

Inigo Aritza qui avait été élu chef pour lutter contre les francs de Louis II devient roi de Pampelune puis très rapidement roi de Navarre.

Le royaume de Navarre connaît son apogée peu après l’an 1000 avec Sanche III le Grand. Il occupe le tiers Nord de la péninsule Ibérique.

En 1021 Sanche III le Grand crée le vicomté du Labourd avec résidence du Vicomte à Bayonne

Dans le même temps, le duc de Gascogne, Sancho Guillermo, son vassal avait reconquis l’intégralité des territoires au Sud de la Garonne.

On peut alors dire que Sanche III bâtit le premier Empire Hispanique et il fut désigné comme Rex Ibericus et Rex Navarrae Hispaniarum.

Avant de mourir en 1035, il divisa ses territoires entre ses fils : l'aîné, Garcia, reigna à Pampelune et hérita de quelques terres en Aragon et en Castille; Fernando obtint une grande partie du comté de Castille; Ramiro reçut des terres en Aragon et Navarre, et Gonzalo des terres en Sobrarbe et autres points éloignés d'Aragon. De ce partage est issu la nouvelle structure politique du XIIe siècle, avec les royaumes de Navarre, Aragon et Castille.

À la fin du Moyen Âge, Ferdinand le catholique réussit à remporter la guerre civile qui déchirait la Navarre en la divisant en deux partis rivaux : les Agromonteses et les Beamonteses.

En 1512, une armée castillane entra en Navarre par l'ouest sous la direction du duc d’Alba, et envahit militairement la majeure partie du Royaume de Navarre.
La Navarre changea de dynastie régnante à la nomination de Ferdinand comme roi de Navarre, suite à la proclamation de la bulle pontificale qui excommuniait les rois de la Maison d'Albret. Cependant, selon certains historiens, cette bulle était un faux. Beaucoup d'historiens soutiennent la véracité de la bulle pontificale, comme l'historien navarrais Victor Pradera dans son livre “ Ferdinand le catholique et les faussaires de l’histoire ”.  Sa version a été ensuite corroborée par beaucoup d'autres historiens en discréditant par la même Arturo Campion (le précurseur du nationalisme basque) pour sa théorie de la fausse bulle.

En 1513, les Cortes de Navarre nomment définitivement Ferdinand roi de Navarre. Ce dernier, en 1515, annexa la Navarre à la Castille avec un régime foral particulier dans la Couronne de Castille.

Quelques années plus tard, Foix essaya de s'emparer de la Navarre du Sud des Pyrénées mais ne put y parvenir, la population locale ayant aidé l'armée de Castille.
En 1521, le statut de la Navarre comme partie de la couronne de Castille fut consolidé.

Le Royaume de Navarre sous domination de la Maison de Foix se réduisait aux territoires au nord des Pyrénées.

En 1594, Henri III de Navarre fut couronné roi de France. Les Navarrais maintinrent leur indépendance quelque temps avant d'être annexés au royaume de France. Les terres navarraises furent ainsi divisés entre Espagne et France. La majorité de la population resta du côté espagnol : cette situation perdure de nos jours.








Retour à la page d'accueil